10 conseils pratiques pour conduire sous la neige

conduire sous la neige conduite
Sommaire

Si il y a bien un moment que redoutent tous les conducteurs c’est la première fois où ils doivent conduire sous la neige. En effet c’est conduire sous la pluie au contraire la nuit peuvent encore être des situations que l’on considère comme faisable, conduire sous la neige nous paraît très vite insurmontable. Voici 10 conseils pratiques pour appréhender pas mieux la conduite sous la neige.

Si vous vivez dans une région où la neige est abondante, vous avez déjà vu des conducteurs trop sûrs d’eux vous dépasser sur une route enneigée et vous vous êtes demandé – et peut-être même espéré secrètement – qu’ils finiraient dans un fossé. Que ce soit le cas ou non, une chose est sûre : vous ne voulez pas être cette personne.

Et vous n’êtes pas obligé de l’être. Des années de conduite et de tests de voitures (et de pneus d’hiver) dans des conditions hivernales nous ont appris qu’en suivant ces neuf règles simples de conduite hivernale, vous augmenterez considérablement vos chances d’arriver à destination calmement, sereinement, confortablement et, surtout, en toute sécurité.

1. Conduisez tout en douceur

La clé d’une conduite sûre dans la neige est une conduite souple avec le volant, l’accélérateur et les freins. Pourquoi ? Les mouvements saccadés des commandes peuvent facilement décoller les pneus qui ont une adhérence ténue sur la route glissante. Chaque tour de volant, chaque pression sur les freins et chaque mouvement de l’accélérateur doivent donc être délibérés, doux et progressifs. Imaginez qu’il y a une tasse de café brûlant sur vos genoux et conduisez de manière à ne pas la renverser.

2. Regardez loin devant vous

Plus la route est glissante, plus vous devez regarder loin devant vous et réfléchir. Anticipez ce que vous devrez faire ensuite. Ralentissez pour les virages. Prévoyez le double de la distance d’arrêt lorsque la route est mouillée, le triple sur la neige et encore plus sur une route gelée. Conduire prudemment et en toute sécurité demande une concentration accrue.

conduire sous la neige conduite route

3. Tenez compte des voyants sur votre tableau de bord

De quelle traction disposez-vous réellement sur une route enneigée ? Une façon de le savoir avant d’avoir des problèmes est de comprendre la signification d’un petit voyant clignotant de couleur jaune/orange sur votre tableau de bord. (Si vous accélérez en ligne droite et que ce témoin clignote, c’est que le système de contrôle de la stabilité vous avertit que les roues motrices de la voiture patinent. Tenez-en compte. Et relâchez l’accélérateur pour que les pneus retrouvent leur adhérence.

Lire:  Quels sont les effets du cannabis sur ta conduite ?

Si vous tournez et que vous voyez un feu orange clignoter, c’est également le système de contrôle de la stabilité qui vous avertit que la voiture commence à dévier de la trajectoire prévue. Encore une fois, relâchez l’accélérateur jusqu’à ce que vous n’appliquiez plus aucun gaz ; cela permet à la voiture de retrouver son adhérence. N’accélérez pas de manière agressive dans les virages serrés en ville sur des routes enneigées ou glissantes. Appuyez toujours doucement sur l’accélérateur afin que rien de fâcheux ne se produise brusquement.

4. Regardez devant vous !

Si vous sentez que votre voiture commence à déraper, regardez toujours, toujours, là où vous voulez aller et non pas là où la voiture se dirige à ce moment précis. Laissez votre vision périphérique s’occuper de ce que vous essayez d’éviter. Les pilotes de course savent que vous finissez presque toujours là où vous regardez ; c’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont si bons pour récupérer des dérapages.

5. Gérer les dérapages

Tôt ou tard, vous rencontrerez une zone glissante et vous aurez une sensation de malaise au creux de l’estomac lorsque votre voiture commencera à glisser loin de la direction dans laquelle vous voulez aller. Les dérapages, même les plus importants, peuvent être gérés et vous pouvez reprendre le contrôle de votre voiture en un rien de temps. D’abord, ne paniquez pas et n’appuyez pas sur les freins ! Faites plutôt ce qui ceci :

  • Pour un dérapage des roues avant – où les pneus avant perdent de l’adhérence et où la voiture tourne dans un arc plus large que prévu – relâchez l’accélérateur. En un ou deux temps, les pneus avant devraient retrouver leur adhérence. Ensuite, visez où vous voulez aller lorsque votre traction revient.
  • Pour un dérapage des roues arrière – où les pneus arrière perdent de l’adhérence et vous sentez que vous commencez à déraper – tournez rapidement le volant dans la direction où l’arrière glisse. Si, par exemple, l’arrière dévie vers la gauche, tournez le volant vers la gauche. Relâchez l’accélérateur et ne freinez pas. Lorsque les roues arrière retrouvent de l’adhérence, tournez le volant dans la direction initiale.

Quel que soit le type de dérapage que vous rencontrez, assurez-vous de garder vos roues pointées dans la direction souhaitée.

Lire:  Les meilleures voitures abordables pour un nouveau conducteur

Quel que soit le type de dérapage que vous rencontrez, assurez-vous de garder vos roues dans la direction où vous voulez aller. Et vous pouvez doucement (rappelez-vous du point numéro un) utiliser vos freins si vous pensez pouvoir récupérer sans heurter quoi que ce soit.

6. Évaluez constamment votre adhérence

Au cours de presque tous les trajets dans la neige, l’adhérence dont vous disposez varie en fonction de l’état de la route et des conditions météorologiques. En plus des témoins lumineux des systèmes de contrôle de la traction et de la stabilité, votre système d’antiblocage des freins peut vous aider à évaluer l’adhérence dont vous disposez sur les routes enneigées. Voici comment procéder : Assurez-vous qu’aucune voiture ne se trouve à proximité de vous, puis freinez doucement pendant une seconde ou deux tout en conduisant en ligne droite. Si vous sentez la pédale de frein cogner sous le pied mais ne détectez qu’une décélération minimale, le système ABS s’est activé et vous pouvez être sûr que la route sous vos pneus est très glissante. Si vous pouvez ralentir à un rythme raisonnable sans que l’ABS ne se déclenche, vous êtes sur une surface plus adhérente. Une fois encore, assurez-vous qu’il n’y a pas d’autres voitures autour de vous qui seront gênées par votre ralentissement inattendu. Certains systèmes de freinage antiblocage font également clignoter un petit voyant orange dans le combiné d’instruments lorsque l’ABS fonctionne, ce qui peut être un autre indice de faible adhérence lorsque vous testez l’adhérence au freinage.

7. Monter des pneus d’hiver

Techniquement, il ne s’agit pas d’un conseil de conduite, mais d’un conseil de survie. En effet, l’installation d’un jeu de quatre pneus d’hiver (plus communément appelés « pneus neige ») est en fait la meilleure chose que vous puissiez faire pour améliorer votre marge de sécurité et réduire votre niveau d’anxiété sur ces affreuses routes enneigées. Des pneus d’hiver adéquats offrent beaucoup plus de traction dans la neige, la gadoue et sur la glace que le meilleur jeu de pneus toutes saisons.

pneu conduire sous la neige conduite

8. Lisez la route

La surface est-elle brillante ou terne ? Y a-t-il une couche uniforme de poudreuse ou des zones nues parsemées de neige à l’ombre ? La température est-elle assez froide pour obtenir une neige légère et craquante ou assez chaude pour créer une neige fondante ? Bien que vous puissiez arrêter la voiture et sortir pour évaluer la surface si vous avez des doutes (et ce n’est pas une mauvaise idée), vous pouvez en apprendre beaucoup sur la traction disponible simplement en sachant ce que vous regardez. En général, une surface brillante est mauvaise, car cela signifie qu’il s’agit de glace ou d’eau. Les zones ombragées sont trompeuses, car une chaussée sèche devant elles peut donner un faux sentiment de sécurité. Et la neige sèche est bien meilleure que la neige fondante. La neige sèche offre en fait une assez bonne traction – pensez au craquement sous vos bottes – alors que la neige fondue se comporte comme de l’eau profonde, avec les pneus qui roulent dessus.

Lire:  Comment conduire une voiture sur une route gelée ?

9. Planifiez votre sortie à l’avance

Nous avons déjà mentionné le fait de regarder le plus loin possible dans l’avenir, et c’est une bonne idée en général. Mais il y a de fortes chances que vous conduisiez en terrain connu, vous pouvez donc utiliser cette connaissance à votre avantage. Lorsque vous descendez cette colline, y a-t-il une montée équivalente de l’autre côté de la vallée ? Conservez peut-être votre élan pour cela. Est-ce qu’il y a une descente hors-pente à 400 mètres de là ? Vous n’avez pas besoin d’attendre de la voir pour ralentir. Si vous savez ce qui vous attend, conduisez comme si vous étiez votre propre navigateur de rallye et pensez à l’avance.

10. Emportez le bon materiel

Nous vous recommandons de partir avec des chaines, un sac de sel et une sangle de remorquage. Si vous êtes vraiment préoccupé par votre randonnée hivernale, vous pouvez également préparer votre anneau de remorquage. L’anneau de remorquage se visse dans une douille filetée (généralement derrière un couvercle carré en plastique qui sort du pare-chocs) et peut être utilisé pour attacher une sangle de remorquage aux véhicules qui n’ont pas d’attelage ou de crochets de remorquage montés sur le pare-chocs. L’anneau de remorquage se trouve généralement sous le plancher du coffre arrière, avec la roue de secours. Si vous pensez en avoir besoin, n’empilez pas un quart de corde de bois de chauffage à l’arrière avant de partir.

Voir aussi

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Ils servent au bon fonctionnement de Wordpress

wp-settings-1, wp-settings-time-1, wordpress_logged_in_f62036dfc9f8adee651883c642339e7d, token, tarteaucitron, lang, _clck, step,

Analytiques

Analytics

Ils servent à personnaliser et à analyser l'expérience utilisateur.

_gat_gtag_UA_103024594_1, _ga, _gid

Other